CLAVÉ FINE ART

Zao Wou-Ki

Zao Wou-Ki était un peintre et graveur chinois, naturalisé français en 1964, connu pour ses peintures non-figuratives au mélange de style occidental et oriental. Venant d’une famille très ancienne dont l’origine remonte à la Dynastie Song, il ira vivre aux États-Unis tandis que ses frères et soeurs resteront en Chine. Élève très doué, Wou-Ki dessine et peint dès l’âge de dix ans. En 1935, il entre à 14 ans à l’école des beaux arts de Hangzhou. Il étudie le dessin pendant six ans, la peinture à l’huile, la peinture traditionnelle chinoise et la calligraphie. Sa première exposition à lieu a Chongqing. Ses premières oeuvres sont influencées par Matisse et Picasso. Wou-Ki s’installe ensuite à Paris dans le quartier du Montparnasse dans un atelier voisin de celui d’Alberto Giacometti.

Sa première exposition parisienne a lieu en 1949, à la galerie Greuze. À partir de 1952, il est exposé à Paris à la Galerie Pierre puis en Suisse et aux États-Unis à Washington, Chicago et à New York. En 1957, il participe au Salon de mai (où il exposera jusqu’en 1978) et présente ses lithographies à la galerie La Hune. Son évolution artistique l’amène vers l’abstraction lyrique mais aussi l’art informel et l’art gestuel.

En 1957, sa première monographie est publiée au Musée Poche avec un texte de Claude Roy et une préface d’Henri Michaux. L’artiste présente également une exposition personnelle de peintures à la Galerie de France à Paris. C’est ici qu’il se lie d’amitié avec Hans Hartung, Pierre Soulages et Alfred Manessier. Il expose à la Tokyo Gallery au Japon en 1961. Une rétrospective de ses peintures au Folwang Museum d’Essen à lieu en 1965 ainsi que sa sixième exposition personnelle à la Kootz Gallery de New York. Wou-Ki devient professeur de peinture murale à l’école nationale supérieure des arts décoratifs à Paris en 1980 et quatre années plus tard, il est fait officier de l’ordre de la Légion d’honneur par le ministre de la Culture français, Jack Lang. Les oeuvres de Zao Wou-Ki peuvent être trouvées dans des collections publiques du monde entier : Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Chine, Espagne, Etats-Unis, Finlande, France, Grande-Bretagne et Japon.
Zao Wou-Ki
Crédit photographique : © Didier Gicquel
CLAVÉ FINE ART

S’INSCRIRE À LA NEWSLETTER